COMMUNIQUé DE PRESSE

Tayeb BOUKENOUD : avec Emilie CHALAS pour réinventer l’accompagnement social au niveau local

Aujourd’hui directeur d’une structure associative comptant des milliers de bénévoles ; il y a 19 ans étudiant en ressources humaines et déjà engagé auprès d’associations d’aide aux demandeurs d’asile : mon parcours tout entier, personnel comme professionnel, a été consacré au service d’autrui et à la lutte contre la précarité. Je sais ainsi pleinement l’importance de l’action des associations et des pouvoirs publics dans ce secteur, mais je sais aussi les limites de notre action collective.

Je considère que l’aide véritable est celle qui permet à chacun de devenir acteur de sa propre vie. Nous devons bien sûr aider matériellement les plus démunis et subvenir à leurs besoins essentiels, mais aider doit aller au-delà de donner, un chèque, des vêtements ou même un toit. Je suis d’avis que nous devons radicalement changer l’approche de la solidarité et réfléchir à la manière de permettre l’émancipation sociale.

Les moyens sont là, au sein par exemple des CCAS ou des MDH, dans des proportions incomparables avec ceux des associations, capables pourtant de faire tant avec très peu. L’enjeu principal ce n’est donc pas seulement les moyens mais aussi les fonctionnements : nous devons redonner du sens à l’action sociale, ne plus considérer les associations comme des sous-traitants de l’action publique mais comme des partenaires dont il faut coordonner et soutenir les actions ; il faut cesser d’opposer les acteurs : nous avons besoin de toutes les énergies, y compris par exemple des partenariats avec le secteur privé.

C’est parce que je veux que l’on sorte de cette inertie, que je suis prêt à faire le choix d’une autre forme d’engagement citoyen en mettant mon expérience et ma volonté au service d’un projet alternatif pour ma ville. Grenoblois qui ai choisi ma ville en suivant la passion pour Stendhal transmise par l’un de mes professeurs de lettres modernes en Algérie, je veux aussi retrouver l’esprit de cette terre d’asile véritablement conviviale, attractive et fondée sur le vivre ensemble.

Je sais qu’Emilie Chalas a la capacité de relever ces défis. J’ai été frappé par son dynamisme et son courage, par sa volonté de ne rien garder tabou et de changer les pratiques, par le renouveau et le nouveau regard qu’elle porte pour Grenoble. J’ai été frappé également par sa remarquable capacité à réunir des personnalités, de tous âges et de tous horizons, par l’exemple qu’elle constitue pour les femmes, si actives dans les associations et nobles dans leur combat mais trop souvent en retrait, par son ouverture à la société civile dont elle est elle-même issue et dont je revendique aussi l’appartenance.

Je retrouve en cette énergie et cet esprit de rassemblement la même philosophie de la conduite du changement que j’ai toujours appliquée dans ma vie professionnelle : la meilleure manière  de faire émerger le changement, est de faire ensemble et de partager collectivement constats et propositions pour atteindre l’« état désiré ». Avec Emilie Chalas, nous pouvons atteindre l’objectif d’une ville de nouveau désirable, attractive et pionnière, tout particulièrement en matière d’innovation sociale.

Tayeb Boukenoud